L’Inde ou le pays des extrêmes

vache sacree rajasthan
Vache sacrée au Rajasthan © Shutterstock

Avez-vous déjà rêvé de parcourir le monde ? Pour les trois jeunes hommes de The Green Wheels ce n’est plus un rêve mais un véritable défi : faire le tour du monde en vélo ! Après avoir traversé l’Amérique du Sud, puis l’Australie, les voici aux portes de l’Inde, prêts à nous livrer leurs impressions.

 

Calcutta, la surprenante

rues calcutta

Trafic dans les rues de Calcutta © Radiokafka / Shutterstock.com

Une fois la Birmanie laissée derrière nous, place maintenant au géant Indien, pays dans lequel nous allons passer un mois entre Calcutta et New Delhi. Pour chacun de nous trois, cette étape indienne est perçue non sans une certaine appréhension tant le pays est immense, sa population pléthorique et sa culture impressionnante. Comment cela va-t-il se passer ? Mystère…

Notre arrivée à l’aéroport de Calcutta ne fait que confirmer nos sentiments. Une véritable marée humaine est massée devant la sortie. Les bruits de klaxons sont incessants et la chaleur étouffante. Nous sommes néanmoins frappés par le charme pittoresque des rues de Calcutta, capitale du Bengale et ancienne capitale Indienne. En se promenant dans les rues de Calcutta nous sommes immédiatement séduits par le subtil mélange entre la culture traditionnelle et l’héritage colonial britannique. Les couleurs vives des vêtements traditionnels contrastent avec l’architecture victorienne des grands monuments de la ville.

En visitant Calcutta nous sommes frappés de constater à quelle point l’identité du Bengale est forte. Les Bengalis sont très fiers de leur culture et prennent souvent leur distance avec le reste de l’Inde. La nourriture y est par ailleurs délicieuse quoique très épicée.

 

Une culture pleine de contrastes et de paradoxes

Cela ne fait néanmoins pas oublier la pauvreté extrême de certains quartiers, où s’entassent des centaines de milliers de personnes appartenant soit aux castes inférieures de l’Hindouisme soit à la minorité musulmane. Les rues sont pleines d’infirmes et de pauvres vivant à même le sol. C’est dans le rapport aux autres que la culture indienne façonnée par l’Hindouisme est complexe. Du fait de la réincarnation, les personnes dont la vie est difficile sont punis par les dieux pour leur vie précédente. Les aider c’est aller à l’encontre de leur volonté. Parallèlement chacun tente d’améliorer son « karma » en aidant son prochain. A ce paradoxe s’ajoute le fait que l’immensité de la population dilue complètement l’individu au profit de la collectivité. Il en résulte des rapports sociaux durs entre les personnes.

Ces impressions se sont confirmées une fois en dehors de Calcutta. La circulation est désorganisée et donc assez dangereuse. On ne compte plus les fois où nous avons littéralement dû nous « jeter » sur la bas-côté afin d’éviter une collision avec une voiture arrivant de face ! Cela rend nos journées assez difficiles. Heureusement, les Indiens sont très accueillants, considérant les touristes comme des invités.

 

C’EST PAS GRAVE, C’EST HOLI !

 

Quelques jours après Calcutta nous atteignons la ville de Varanasi, une des sept villes sacrées de l’Hindouisme. Hasard du calendrier nous arrivons au moment de la fête de Holi donnée en l’honneur de la divinité Krishna et de l’équinoxe de printemps. Cette célébration est connue pour la poudre multicolore de Holi que les gens se lancent les uns aux autres ! Il s’agit d’un moment de fraternité inédit contrastant avec le rude quotidien des Indiens.

 

Découvrir l’Inde à vélo est tout à la fois impressionnant, enrichissant mais aussi dur. Nous nous tournons maintenant vers Agra et le Taj Mahal que nous atteindrons quelques jours plus tard.

 

 

Si vous rêvez de découvrir ce pays magnifique mais ne vous sentez pas l’âme d’un aventurier, Mytravelchic vous propose de nombreux circuits privatifs en Inde pour vous permettre de contempler ses merveilles.