Un Rajasthan authentique

Nous étions en manque de soleil, d’embouteillages, de poussière, d’épices, de temples et de mille et une nuits étoilées alors on s’est dit, avec Léon, qu’il était temps de nous refaire un petit sur-mesure en Inde. On s’est d’abord décidé sur le Nord et puis, j’ai réussi à négocier l’aventure, la vraie – loin des sentiers battus, des temples grouillants, des légions appareils photos et des bus de touristes – et nous avons organisé notre périple dans le Nord-Ouest du Rajasthan, près de la frontière pakistanaise. Pour plus de liberté, nous avons choisi la voiture, histoire de ne pas être à la merci des horaires et réservations de trains et de rythmer notre voyage à notre guise pour prolonger quand bon nous semblerait, au hasard de la route. Nous avons donc fait la connaissance de Mani, chauffeur et guide, qui nous a conduit sur les routes encore inexplorées du Rajasthan, toujours avec le sourire et une incredible bonne humeur ! Mani est indien mais  il conduit bien.  Il évite avec classe les pièges de la route, les vaches, les trous, les chauffards qui ne freinent jamais, etc… Ce qui a d’ailleurs bien vite rassuré mon Léon, un peu retissant à l’idée d’une épopée sur les routes indiennes.

Découverte de Bikaner

Nous sommes donc partis de Jaipur avec Mani pour rejoindre, en 6 heures de route environ, la ville de Bikaner, dans une région quasi désertique qui a longtemps dépendu de l’eau de pluie. Au coucher du soleil, nous franchissons enfin les deux grandes portes qui abritent la ville et, s’offre alors à nos yeux ensommeillés, le superbe Fort de Junagarh ! Une immense citadelle d’un kilomètre de circonférence, ancien palais de Maharaja. Mais nous visiterons le lendemain ce site légendaire car il est temps de rejoindre notre hôtel, The Laxmi Niwas Palace, et là… C’est un vrai conte de fées !

hôtel-laxmi-palace-bikaner

femmes-inde-sikkim

Nous sommes accueillis comme des princes sous une pluie de fleurs, nous entrons dans une immense demeure à l’allure de palais de Maharaja, couleur brique, dont la façade est ornée détails si finement ciselées qu’on croirait à de la dentelle. Tourelles, dentelle de pierre, terrasses, jardins, piscine, salle des trophées, musiciens traditionnels, cet endroit est hors du temps et le service et le confort ne font qu’ajouter à l’extraordinaire des lieux. Nous découvrons, dans une atmosphère tamisée et authentique, des portraits d’époque accrochés aux murs, des meubles aussi vieux que les portraits, des peaux de tigre en guise de tentures sur les murs de la salle de jeux traditionnels, des contes anciens sur les Maharajas

femme-sikkim-inde

C’est exactement ce que nous attentions de ce voyage aux confins du Rajasthan : une #Inde surannée, profonde, où l’on ne croise presque aucun touriste, pour apprécier intimement (et égoïstement) tous les charmes des palais, des vieilles échoppes, des coutumes ancestrales, des histoires indiennes méconnues racontées par les anciens de la région et, pour Léon, de repas copieux et si justement épicés ! Ce soir-là, au buffet, nous avons d’ailleurs droit à un (très) bel assortiment de saveurs et délices de la région : poulet masala tandoori, riz basmati au cumin, chappattis, papad et…nous n’avons malheureusement pas pu poursuivre jusqu’au dessert… Pour digérer ce copieux repas, rien de tel qu’une paisible balade nocturne dans les jardins de ce superbe palais tout éclairé dès le soir tombé. Romantique à souhait  et simplement merveilleux.

Bikaner

femmes-inde-sikkim-2

La tradition des Havelîs

Le lendemain, après une nuit royale et une baignade, nous visitons le majestueux Fort de Junagarh et découvrons avec notre guide les fameux Havelîs, ces anciennes maisons de commerçants du vieux Bikaner qui ressemblent à de petits palais ornés de peintures représentant des scènes religieuses. Ces maisons traditionnelles sont aujourd’hui réputées pour leurs façades finement ciselées et leur atmosphère authentique. Elles se visitent comme de petits musées, à chacune son aura et sa déco originale. Désormais, elles sont converties en petits hôtels particuliers, un peu comme les posadas brésiliennes ou portugaises, mais l’architecture rappelle davantage les hawlis du Maroc. On y trouve souvent une cour très agréable et fraîche avec une fontaine centrale, un salon pour dîner ou déjeuner au calme dans le patio, des fresques représentant des images de dieux, déesses, animaux et des scènes de la colonisation britannique. On se sent délicieusement loin de tout, dans une Inde idéale, qu’on croyait appartenir à un passé révolu.

havelis-inde-dentelle

Depuis Bikaner, vous pourrez prévoir une excursion à Desnok (environ 1 heure de route) pour vous rendre au Temple des Rats, entièrement dédié et envahi par ces rongeurs, qui seraient la réincarnation de la caste des Charans. Du coup, les hindous viennent tous les jours et à toute heure faire des offrandes aux rats et  ce temple est voué à leur culte. C’est un étrange spectacle à voir au moins une fois dans sa vie ! Et pour trouver une petite occupation supplémentaire, surtout si vous voyagez avec des enfants, la légende dit que les rats blancs exaucent les vœux lorsqu’on les repère ! Et ils sont très rares…

temple-des-rats-bikaner

Pour ceux que les rats ne branchent pas (ou les phobiques), nous vous conseillons une autre excursion, à Kolayat, un petit village intemporel au bord d’un lac recouvert de nénuphars où l’on vient papoter avec un sâdhu, faire un tour en barque, et profiter d’une balade incroyablement paisible… Le lac recouvert de milliers de nénuphars est vraiment impressionnant et l’on a la sensation de voguer dans un champs ! L’avantage c’est que Kolayat se trouve sur la route de Jaisalmer, on peut donc prévoir de s’arrêter à Kolayat en prenant la route de Jaisalmer où se poursuit notre périple indien.

lac-inde-kolayat

Jaisalmer, l’exotique

Il faudra tout de même compter pas loin de 5 heures de route pour rejoindre Jaisalmer depuis Bikaner, mais les paysages sont splendides et les histoires de Mani rythment les heures menant à cette ville féerique dressée dans le désert de Thar. Ici, l’Inde est différente, peut-être car nous sommes arrivés à un village frontalier. Ici, la ville est propre, c’est aussi probablement ce qui rend cette Inde différente. La meilleure idée, c’est d’arriver à Jaisalmer pour la Holi, le festival des couleurs (voir notre article) et de partager cette fête extraordinaire et joyeuse avec les habitants de Jaisalmer ! Bon, attention, la Holi n’a pas la même intensité que dans une ville comme Jaipur ou Delhi mais elle est restée authentique et c’est un bon moyen de rencontrer tous les habitants et de nouer des liens. Pourquoi ne pas se laisser inviter par l’un d’eux pour un dîner copieux à partager dans une vraie habitation de Jaisalmer ou un haveli ?

femmes-inde-kolayat

L’avantage de cette belle ville exotique perdue dans le désert du nord Rajasthan, c’est qu’il n’y a pas d’aéroport, donc forcément moins de touristes. On se sent privilégié, on sait qu’on l’a méritée, Jaisalmer. Et pourtant, la ville déploie bien des ressources touristiques : des rues pavées bien propres dignes des villages français pour se balader et faire son shopping, un vieux centre-ville avec de vieilles maisons converties en magasins ou restaurants, toutes ornées de ces belles façades dentelées rappelant l’architecture orientale, et un superbe fort qui vaut le détour ! On se promène dans les rues du Fort, on s’arrête sur une belle terrasse le temps d’un thé (ou d’une bière locale) et on profite de la dolce vita indienne avant d’embarquer pour le désert du Thar.

Haveli Jaisalmer

Quel hôtel à Jaisalmer ?

Nous avons séjourné au Palais de Suryagarh, aux portes du Désert du Thar, dont l’architecture est vraiment impressionnante et copie même les portes d’entrée de la citadelle de Jaisalmer ! Là, nous avons encore été reçus comme de vrais Maharajas… Dîner somptueux et très varié aux mille saveurs, chambres spacieuses et vraiment confortables, spa, hammam, piscine (couverte), jardin, patio authentique, ce fut un moment inoubliable de notre séjour au Rajasthan ! Si vous envisagez de composer votre séjour sur mesure en Inde auprès d’un professionnel, n’oubliez donc pas de prévoir une ou deux nuits dans ce bel établissement…

hotel-inde-jaisalmer

L’Inde version désert et chameaux

Depuis Jaisalmer, on vous proposera probablement une excursion dans le désert du Thar. Ce n’est pas une arnaque, au contraire ! Une jeep vous conduira d’abord dans un village de chameliers où vous enfourcherez vos montures à bosse et débuterez votre traversée avec des guides-chameliers pour une durée d’environ deux heures. La différence avec le Sahara, c’est qu’on traverse d’abord des champs verdoyants avant d’arriver à une zone plus aride où subsistent tout de même quelques arbustes. Les dunes ne sont donc pas aussi grandes et dorées que dans le Sahara mais la région est tout de même sablonneuse et surprenante. On croise des renards et des antilopes, on partage quelques biscuits avec les guides et, surtout, on s’offre un coucher de soleil sublime sur le désert ! Une fois le silence apprécié et le soleil pratiquement couché, les chameliers montent une tente et se mettent à la cuisine puis vous dressent une petite table intime, éclairée à la bougie, au beau milieu du désert.

désert-inde-chameaux

La nuit tombant, la fraîcheur s’installe mais, très vite, vos adorables guides font crépiter un superbe feu de bois avant de vous servir un bon dîner composé de choux fleurs, pomme de terre, petit-pois, chapatis et autres légumes, un régal simple et subtilement parfumé ! Pas la peine, en revanche, de les inviter à votre table car ils n’accepteront pas. Ils dînent après vous, c’est culturel. Après le dîner, c’est enfin le moment de se rassembler autour du feu, tous ensemble cette fois, pour quelques histoires, contes, chants et confidences avant d’aller se coucher pour ne pas rater le spectaculaire lever du soleil ! Le tout est d’être matinal car le plus beau spectacle a lieu vers 6 heures du matin… Après un bon petit-déjeuner, il est temps de reprendre notre monture pour regagner le village et notre Jeep qui nous reconduira jusqu’à Jaisalmer où nous attend Mani… Le chemin du retour sera l’occasion pour lui de nous faire découvrir un peu plus sa culture en nous emmenant visiter un temple Sikh.

désert-thar-jaisalmer

Nous avons ensuite poursuivi notre route au Nord-Est de l’Inde, dans la région du Sikkim puis du Darjeeling, à la frontière népalaise, pour un voyage plus spirituel et tout aussi authentique, loin des routes asphaltées et des paysages déjà bien connus de l’Inde. Mais nous vous réservons un autre billet à ce sujet par ici !

Pour organiser votre circuit sur mesure en Inde avec un professionnel et vivre cette belle aventure aux confins du Rajasthan, c’est par ici !